Philippe Moati : « Carrefour, comme ses concurrents, n’a pas pris suffisamment au sérieux l’impact du numérique »

le 20/01/2021

Dans une tribune au « Monde », le professeur d’économie estime que le veto opposé par Bruno Le Maire au mariage entre le canadien Couche-Tard et Carrefour relève soit d’un « calcul politicien », soit d’un sursaut stratégique de la part de Bercy pour être présent dans l’économie des plates-formes.

Tribune. Couche-Tard ne procédera donc pas à l’acquisition de Carrefour. Le gouvernement y a mis son veto. Cette décision a été abondamment commentée, généralement pour la condamner. Elle entrerait en porte-à-faux avec les efforts de promotion de l’attractivité du territoire national envers les investisseurs étrangers et fait craindre des difficultés lorsqu’il s’agira pour des entreprises françaises de procéder à des acquisitions à l’étranger. Mais cette décision provoque surtout de l’incompréhension.
Est-il raisonnable d’évoquer la sécurité alimentaire du pays dans le cas de la prise de contrôle d’une entreprise de la distribution, de surcroît par un distributeur canadien et au profil des plus rassurants ? Des entreprises étrangères œuvrent d’ores et déjà sur le marché français de la distribution alimentaire. Les hard-discounters allemands (Aldi et Lidl) ne se sont pas distingués durant la crise sanitaire par un comportement pouvant laisser craindre une menace pour la sécurité nationale.

Comme les autres enseignes, ils ont fait de leur mieux pour continuer de nourrir les Français. Quant aux craintes relatives à l’impact sur l’amont de la filière alimentaire, il semble difficile de se montrer plus durs dans les négociations que le sont nos distributeurs nationaux. Enfin, face à la perspective de voir déferler des produits canadiens dans les rayons des magasins à la hallebarde, on voit mal comment un distributeur en France, même détenu par des capitaux étrangers, pourrait ne pas tenir compte de la demande insistante des consommateurs de consommer français et local.
Réserves à l’égard de la mondialisation
Alors comment justifier une telle posture ? Il y a bien entendu ici un calcul politique. Les Français, comme chacun sait, sont pour le moins réservés à l’égard de la mondialisation. Les enquêtes réalisées par L’Obsoco (L’Observatoire société et consommation) durant la crise sanitaire montrent que celle-ci a eu pour effet de renforcer cette posture. Que le virus nous soit venu de l’étranger (de Chine de surcroît), que la crise ait mis au grand jour les conséquences de la mondialisation des chaînes de valeur sur la fragilité de notre système économique, que nous ayons pu manquer de masques, de tests et, désormais, de vaccins, a révélé notre vulnérabilité à l’égard de l’étranger.

Philippe Moati