Coronavirus : le télétravail pourrait accélérer la délocalisation des emplois qualifiés

Coronavirus : le télétravail pourrait accélérer la délocalisation des emplois qualifiés

le 04/05/2020

Selon une note du Groupe d’études géopolitiques, la généralisation du travail à distance pourrait favoriser l’émergence de « télémigrants » dans les pays émergents, concurrençant les salariés qualifiés des nations industrialisées.

 

Et si la crise liée au coronavirus sonnait le glas du rituel « métro-boulot-dodo » ? Peut-être bien. Du moins pour une partie des cadres massivement passés au travail à distance ces dernières semaines. « L’une des conséquences du confinement sera peut-être, à travers la création de nouvelles habitudes, la généralisation du télétravail », explique Cyprien Batut, doctorant à l’école d’Economie de Paris, dans une note publiée vendredi 1er mai par le Groupe d’études géopolitiques (GEG), un groupe de réflexion indépendant fondé à l’Ecole normale supérieure de Paris, aujourd’hui présent dans plusieurs universités.

Or, ce phénomène pourrait avoir des conséquences profondes sur les rapports entre salariés et employeurs – et favoriser, entre autres, la « délocalisabilité » des emplois qualifiés. On pourrait même assister à l’émergence de la figure du « télémigrant », selon le concept forgé par Richard Baldwin, économiste à l’Institut des hautes études internationales de Genève. A savoir « de nombreux free-lances compétents, notamment issus des pays du Sud, étant dorénavant capables de rentrer en compétition avec les salariés qualifiés », décrit M. Batut.

Jusqu’ici, rappelle-t-il, la mondialisation telle qu’observée depuis les années 1980 s’est surtout traduite par la délocalisation des emplois peu qualifiés. Nombre de multinationales ont, en effet, choisi de fragmenter leurs chaînes de production et d’implanter leurs usines dans des pays où le coût du travail est moins élevé. Ainsi, « la compétition avec la Chine a probablement entraîné la disparition d’environ 2,5 millions d’emplois aux Etats-Unis et explique une part non négligeable de la désindustrialisation dans ce pays », rappelle l’auteur.

« Une nouvelle ère »

Lorsqu’elles peinaient à recruter pour des postes exigeant un haut niveau de diplôme, les entreprises préféraient jusqu’ici faire venir des spécialistes de l’étranger plutôt que délocaliser ces emplois qualifiés, estimant la manœuvre trop complexe en termes de supervision. Mais la généralisation du travail à distance pourrait « ouvrir une nouvelle ère », où « les télémigrants prendraient de plus en plus d’emplois dans les services, au détriment de nos cols blancs nationaux ». Deux économistes de l’université de Princeton, Alan Blinder et Alan Krueger, estiment ainsi qu’aux Etats-Unis, 35 % à 40 % des emplois nécessitant un diplôme seraient délocalisables…

Par l