Intérim : en quinze jours, les trois quarts des emplois ont disparu à cause de la crise liée au coronavirus

Intérim : en quinze jours, les trois quarts des emplois ont disparu à cause de la crise liée au coronavirus

le 21/03/2020

Malgré des besoins accrus dans la logistique, l’agroalimentaire, la distribution, la pharmacie et le nettoyage, beaucoup d’intérimaires se retrouvent soit sans mission, soit au chômage partiel.

Chute libre. Dans les entreprises d’intérim, l’activité aurait plongé entre « 60 % et 90 %, selon les secteurs où elles opèrent », a indiqué Prism’emploi, jeudi 19 mars. La fédération des professionnels de l’intérim a dressé le premier état des lieux des conséquences de la pandémie liée au coronavirus. « La perte d’emplois imputable à la crise sanitaire s’élèverait ainsi à 557 500 ETP [équivalent temps plein]entre la première et la seconde moitié du mois de mars », sur un total de 756 500 avant le dimanche 15 mars.
Les intérimaires se retrouvent soit sans mission, soit au chômage partiel, si les entreprises qui les employaient ont mis leurs propres salariés dans cette situation. Jusqu’à l’annonce du confinement, le 16 mars, Prism’emploi ne constatait « aucune chute d’activité majeure ». L’industrie, le transport et le tourisme étaient certes affectés par les conséquences de l’épidémie, mais sans « décrochage massif ». C’était avant.

« Tout s’est écroulé entre les deux interventions du président de la République, témoigne Alain Roumilhac, le président de ManpowerGroup France. La semaine du 9 mars, plus de 80 000 intérimaires [de Manpower] étaient au travail. Lundi soir, des dizaines de milliers de missions ont été stoppées. Enormément de sites industriels ont fermé, et un peu plus surprenant, le bâtiment s’est arrêté. Ça, on ne l’avait pas anticipé. » Or, l’industrie et le BTP représentent, ensemble, plus de la moitié des emplois du secteur : respectivement 39 % et 19 %.

« Le BTP a réduit ses demandes »

Adéquat, un réseau de 250 agences d’intérim, constate le même décrochage. « Notre chiffre d’affaires a diminué de 50 %. Sur 25 000 intérimaires en mission la semaine dernière, il en reste entre 10 000 et 12 000 aujourd’hui [18 mars]. Le bâtiment a réduit ses demandes d’effectifs de 95 % », explique Jérôme Rieux, le directeur général, qui reste pourtant confiant : « La bataille de l’emploi, on peut la livrer. » Son directeur des ressources humaines, Sébastien Guiragossian, poursuit : « Aujourd’hui, notre sujet de fond est de gérer de gros volumes d’annulation de missions. Mais aussi fournir des entreprises en forte demande. »

Les besoins basculent vers la logistique, l’agroalimentaire, la distribution, la pharmacie et le nettoyage. Les entreprises de ces secteurs sont débordées par une augmentation de la demande et par la nécessité de remplacer les salariés absents, malades, confinés, ou obligés de garder leurs enfants, afin d’assurer la continuité de services.

Par