Grande distribution : le lent déclin de l’emploi

Grande distribution : le lent déclin de l’emploi

le 19/01/2020

Affecté, comme ses concurrents, par la mutation en cours, Auchan présentera aux syndicats un plan de départ.

Après Carrefour, Conforama et Castorama, Auchan sera-t-il le prochain à tailler dans ses effectifs ? Les différentes instances du personnel du groupe de distribution en France sont convoquées mardi 14 janvier : en jeu, notamment, la question d’un possible plan de départ – révélé par le Parisien –, lié à des restructurations internes. Et plus précisément, au siège du groupe, dans les Hauts-de-France, qui emploie 3 000 personnes sur les 72 000 salariés que compte l’Hexagone. Les services d’appui d’Auchan Retail France (comptabilité, systèmes d’information, marketing…) et la direction des achats internationaux seraient plus spécifiquement concernés.

 

De plus, selon nos informations, la foncière Ceetrus (ex-Immochan) pourrait être rapprochée de Nodi, une autre entité immobilière de la famille Mulliez – propriétaire du groupe de distribution –, ce qui permettrait de remettre au service des magasins Auchan une structure qui s’était égarée sur des projets comme Europacity, et de réorganiser en douceur son organigramme.

Victime d’une stagnation de la consommation, de l’arrivée de nouveaux concurrents et du poids de ses hypermarchés

Après des pertes de près de 1 milliard d’euros en 2018, Auchan a mis en place en 2019 un ultime plan de relance pour revenir dans le jeu économique. Victime d’une stagnation de la consommation, de l’arrivée de nouveaux concurrents et du poids de ses hypermarchés, le groupe a mis trop de temps à s’adapter au changement de comportement des consommateurs.

« Actuellement la grande distribution fonctionne avec les codes des années 1980-1990 (société de consommation, équipement des ménages, hypermarchés), alors que la société est confrontée à plusieurs transitions : digitale, avec l’arrivée de nouvelles technologies ; alimentaire, avec une plus grande demande de produits sans additifs ; écologique (suppression du plastique, impact carbone…) ; et économique, car tout le monde n’est pas prêt à payer pour un produit de meilleure qualité, explique-t-on au sein de l’entreprise. Cela nous contraint à revoir notre façon de travailler et faire évoluer nos métiers. »

En France, Auchan se préparerait donc à tailler dans le cœur de l’entreprise, après plusieurs coupes ces dernières années. Elle a annoncé, le 30 avril 2019, se séparer de vingt et un sites (supermarchés, hypermarchés, drive…) dans lesquels travaillaient entre 700 et 800 salariés. Des discussions sont toujours en cours, mais dix magasins ont déjà été cédés avec leurs employés, et moins d’une dizaine fermés. Environ 400 personnes ont pris le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) associé, négocié avec les syndicats. Précédemment, des réorganisations internes avaient débouché sur la suppression de 450 postes en deux ans (2017 et 2018) aux achats et dans les fonctions administratives.

Par