En images : Carrefour ouvre « Flash », son magasin autonome bourré de technologies

Rédigé le 24/11/2021
C B


Avec son magasin Flash, Carrefour propose l’expérience de courses "la plus rapide et accessible". Le client n’a plus besoin de scanner les produits ou de les sortir de son sac, ils sont ajoutés automatiquement à son panier virtuel, avant d’être payés sur une borne sans contact avec sa carte bancaire. Le tout sans aucune identification

Mes courses en un éclair". Voilà la promesse du magasin Carrefour Flash qui sera ouvert au public demain (au 11 avenue Parmentier à Paris) et que LSA a visité. Cet ancien Carrefour express a été transformé en magasin connecté autonome, avec 60 caméras HD et 2000 capteurs dans les étagères connectées. Il permet de faire ses courses en quelques secondes et de passer à la caisse sans avoir besoin de s’identifier ou de scanner quoi que ce soit. Via la technologie présente, les produits pris en main ou glissés dans le sac sont ajoutés automatiquement à un panier virtuel. Ensuite, en se dirigeant vers la borne de paiement, le montant à régler s’affiche à l’écran et il ne reste plus qu’à payer (en carte bleue, ou sur une caisse en libre-service pour les espèces). "C’est la simplicité offerte à tous. Je n’ai pas besoin d’application pour faire mes courses", explique Elodie Perthuisot, directrice exécutive e-commerce, data et transformation digitale du groupe Carrefour, accompagnée de Miguel Angel Gonzalez Gisbert, directeur technologie et data du groupe.

Un magasin autonome mais avec du personnel

Le lieu, qui offre 900 références, et promet de pouvoir faire son parcours d’achat en 10/10 (10 secondes de courses, 10 secondes pour le paiement) repose sur la technologie computer vision de la start up américaine AiFi. Les caméras repèrent la personne qui entre et créent un avatar virtuel, suivi anonymement et auquel les achats sont associés automatiquement. Il ne reste plus qu’à effectuer le paiement, lorsque celui ci stationne au moins une seconde devant les bornes ad hoc. Le magasin est en phase de test, avec une amplitude horaire classique pour un magasin de proximité. Et s’il permet de faire ses courses de manière complètement autonome, les quatre employés qui y travaillaient en version Carrefour Express ont été formés à ce nouveau format, et y sont toujours affectés, pour accompagner les clients au changement, faire le réassort, ou assurer les services comme le drive piéton ou la remise de colis potager city. On est donc sur un modèle différent d’Amazon Go.

Ce magasin Flash est la version grand public de celui du même nom testé depuis plus d’un an au siège de Carrefour. Et à la différence d’autres modèles plus ou moins autonomes (Amazon Go, Auchan Go, etc.), ici le client n’est pas identifié et n’a pas besoin de posséder une application ou de montrer patte blanche à l’entrée. "Toute la différence repose dans l’expérience client. Car on n’a pas besoin de se faire connaître" insiste Elodie Perthuisot. Le montant de l’investissement nécessaire n’a pas été communiqué, le distributeur ajoutant simplement que le coût de ces technologies baissait rapidement. A titre d'exemple, dans un article dédié à Amazon Go, le site américain Business Insider, assurait, sur la base de documents internes obtenus, que la technologie Just Walk Out développée par le géant américains était passée, en cout unitaire, de plus de 4 millions de dollars en 2017 par magasin à 160 000 dollars aujourd’hui.

MORGAN LECLERC