Carrefour monte vraiment en puissance sur le quick-commerce

Rédigé le 28/10/2021
C B


Carrefour annonce la mise en place aujourd'hui de Carrefour Sprint, disponible sur la plateforme Uber Eats en partenariat avec Cajoo. Un service de livraison en moins de 15 minutes qui devrait accélérer le développement du quick-commerce en France.

Carrefour a jeté son dévolu sur le quick-commerce. Seulement trois mois après avoir pris une participation dans Cajoo, le groupe dirigé par Alexandre Bompard vient d’annoncer le lancement de Carrefour Sprint, dans un partenariat qui associe aussi Uber Eats. À partir d’aujourd’hui 26 octobre, ce dernier propose sur son application ce nouveau service, à savoir la possibilité d'acheter online 2.000 références alimentaires et non al avec la promesse d’une livraison en moins de 15 minutes au domicile du client. Cajoo, partenaire de Carrefour, intervient en tant que prestataire pour préparer les commandes passées sur Uber Eats dans ses dark-stores.

Cinq villes d’ici la fin de l’année

Ce service couvre pour le moment Paris intra-muros ainsi que quelques villes de l’ouest de la capitale (Boulogne, Neuilly et Levallois). Il devrait être activé dans cinq grandes agglomérations d’ici la fin de l’année : Bordeaux, Lille, Lyon, Montpellier et Toulouse. "Nous sommes ainsi ravis de renforcer notre partenariat avec Uber Eats et d'accélérer le développement des activités de Cajoo", déclare Elodie Perthuisot, directrice exécutive e-commerce, data et transformation digitale du groupe Carrefour.

Donner plus de la visibilité au quick-commerce

Ce lancement devrait accélérer le développement du quick-commerce. Uber Eats est présent dans plus 280 villes en France et touche 60% de la population française. "En renforçant notre partenariat avec Carrefour et en proposant ainsi la livraison de produits du quotidien ultra-rapide, nous continuons de diversifier notre sélection tout en répondant à un besoin d’immédiateté en quelques clics, allié à notre technologie et notre expertise logistique", explique Chloé Baruchel, grocery & new verticals lead chez Uber Eats France.

Carrefour veut faire vite

De son côté, Cajoo ajoute une nouvelle corde à son arc en mettant à profit son expérience et sa technologie dans ce service de préparation. Une aubaine pour cette start-up qui va pouvoir optimiser la charge de travail de ses hubs de centre-ville et réduire les coûts. Ce distributeur, poussé et approvisionné par Carrefour, délègue au passage la prestation de livraison aux auto-entrepreneurs d’Uber. En contrepartie, Carrefour et Cajoo abandonnent à Uber Eats, dans ce cadre, la relation clients et la récolte de leurs précieuses données.

Cajoo moins cher que Carrefour Sprint

Mais l’arrivée d’un intermédiaire supplémentaire dans l’équation a aussi un coût pour le client. Selon nos observations, les PVC affichés par Cajoo de quelques grandes marques de PGC (Coca- Cola, Nutella, beurre Président, etc.) sont 10 à 30% moins chers que ceux exposés par Uber Eats, pour une prestation identique dans la capitale.
Carrefour semble fonder beaucoup d’espoirs dans ce modèle et compte rapidement se positionner comme un acteur incontournable de la livraison à domicile. Dans le sprint sur le quick-commerce, le distributeur a le mérite de multiplier les expérimentations. Il en tirera logiquement des enseignements avant ses concurrents.

Yves DENJEAN