Carrefour se sent pousser des ailes au Brésil

Carrefour se sent pousser des ailes au Brésil

le 23/02/2020

Après sa dernière acquisition, le distributeur français creuse l'écart sur la filiale de Casino, qui envisage au contraire de céder des actifs

 

Euphoriques, les dirigeants de Carrefour au Brésil ont l'impression d'avoir effectué un pas de géant avec  l'acquisition de 30 magasins de l'enseigne Makro le weekend dernier, en vue d'asseoir durablement leur leadership dans un marché de plus de 200 millions de consommateurs voué à la croissance. 

Un marché déjà lucratif, si l'on en croit les chiffres publiés jeudi soir. Carrefour a ainsi affiché un résultat net de 745 millions de reals au quatrième trimestre 2019 (environ 160 millions d 'euros au cours actuel), en progression de 25% sur un an. A titre de comparaison, le groupe Pão de Açúcar, contrôlé par Casino, a enregistré une chute de ses bénéfices de 71% au quatrième trimestre. Et envisage de céder des actifs non-stratégiques de l'ordre de 600 millions d'euros en Amérique latine.  «Nous observons la situation et nous avons de bonnes opportunités de monétiser des actifs, certains à court terme, d'autres à moyen terme», déclare Christophe Hidalgo, directeur financier de Pão de Açúcar. 

Cash and carry, modèle hybride

En signant un chèque de 420 millions d'euros, Carrefour a bouclé sa plus importante transaction au Brésil en près de 15 ans. Soit exactement depuis son entrée sur le secteur du «cash and carry» avec l'acquisition d'Atacadão, devenu entre temps son principal moteur de croissance. A tel point que deux tiers des ventes de la filiale sont désormais enregistrés dans des  magasins au format «cash and carry» .

Le format de ces magasins, au look spartiate, est hybride : il s'adresse aussi bien aux petits commerçants qui achètent en gros qu'aux consommateurs voulant payer moins chers en acquérant des produits en grande quantité. 

Une formule qui a fait mouche...  Le « cash & carry » est ainsi devenu synonyme de croissance accélérée. En 15 ans, le réseau Atacadão est passé de 34 à 187 magasins, et croît à la vitesse d'une vingtaine de nouvelles unités par an. Les 30 magasins Makro que Carrefour vient d'acquérir seront tous repeints aux couleurs d'Atacadão d'ici la fin de l'année. Ces magasins sont situés dans des régions (comme Rio ou le Nord-Est du pays) où la présence de Carrefour était jusque là discrète.

«Meilleure phase»

Carrefour a désormais beau jeu de se proclamer «leader indiscuté, et indiscutable», selon une source proche de la direction. Présente dans le pays depuis 45 ans, «Carrefour traverse sans doute sa meilleure phase au Brésil, avec une gestion centrée sur la croissance et avec des partenaires locaux qui connaissent très bien le marché, à savoir Abilio Diniz et son fonds d'investissement Peninsula», assure Marcos Gouvea de Souza, directeur du cabinet de consultants spécialisé MGDS. La filiale brésilienne est également parvenu à se désendetter en ouvrant son capital à la bourse de São Paulo il y a près de trois ans.

Le plus important après la France

Alors que le groupe local Pão de Açúcar a longtemps menacé les positions de Carrefour, « la situation actuelle de Casino en France ne lui permettrait pas de mobiliser du capital pour accélérer son expansion», relève Marcos Gouvea. 

Le Brésil est désormais le plus gros marché de Carrefour hors de France (il représente environ 20% de son chiffre d'affaires), et son  importance n'a fait que grandir depuis que le groupe a annoncé son retrait de la Chine en juin dernier. 

Thierry Ogier (Correspondant à São Paulo)