Bruno Le Maire appelle la distribution à acheter des produits aux agriculteurs français

Bruno Le Maire appelle la distribution à acheter des produits aux agriculteurs français

le 24/03/2020

Le ministre a appelé les distributeurs à faire preuve de «patriotisme économique», pour soutenir les producteurs éprouvés par la fermeture des marchés annoncée par Edouard Philippe.

Pour traverser la crise économique causée par le coronavirus, la solidarité nationale doit jouer, a martelé ce matin le ministre de l'Économie. Sur France Info, Bruno Le Maire a notamment réagi à la fermeture des marchés, annoncée hier soir par Edouard Philippe. Une décision «de responsabilité», justifiée par les «comportements irresponsables» relevés par les forces de l'ordre sur les marchés, «en particulier dans les grandes villes», a précisé le ministre. Afin d'aider les agriculteurs et producteurs dans ce moment exceptionnel, le chef de Bercy a appelé les distributeurs à s'approvisionner en priorité auprès des agriculteurs français, afin que ces derniers «ne soient pas pénalisés» outre mesure par la fermeture de ces canaux de vente. «J'appelle les grands distributeurs à un nouvel effort: approvisionnez-vous en produits français», a déclaré le ministre.

 

Le ministre a également rappelé que les maires pouvaient obtenir des dérogations pour que les marchés restent en place, mais seulement si ceux-ci «s'organisent différemment» pour respecter les règles de sécurité sanitaire. Un peu plus tôt, sur France Inter, la présidente de la Fédération nationale des marchés de France, Monique Rubin, s'était inquiétée d'une «catastrophe économique pour l'ensemble des commerçants des artisans des producteurs et des agriculteurs», parlant d'un «coup de massue» pour les professionnels. «Même si nous nous attendions à ce qu'il y ait des dispositions de prises, un resserrement des règles par rapport au maintien de nos marchés, nous avions quand même grand espoir que les marchés puissent continuer», avait-elle ajouté.

Pour Bruno Le Maire, l'Hexagone aura besoin, durant cette crise, de «patriotisme économique» afin de résister à la tempête. Il a notamment salué plusieurs opérations en cours dans la grande distribution afin de mettre en avant des produits français, comme chez Intermarché. «La grande distribution joue parfaitement le jeu depuis le début de cette crise», s'est-il félicité, demandant au secteur d'«acheter des produits français aux agriculteurs français».

Les semaines à venir s'annoncent particulièrement rudes, a-t-il averti, ajoutant qu'il n'avait «pas d’autre élément de comparaison que la grande dépression de 1929». «La crise va être violente», et les 45 milliards d'euros prévus par l'État pour y répondre ne seront qu'un «point de départ». Par ailleurs, le chiffre réel de la croissance en 2020 encore moins optimiste que le recul de 1,1% noté dans la loi de finances rectificative adoptée il y a quelques jours. Le gouvernement sera au rendez-vous pour soutenir les entreprises dans cette épreuve : «l'État sera disposé à monter au capital d'entreprises et à engager des nationalisations» si nécessaire, a redit Bruno Le Maire, ajoutant qu'une «liste d'entreprises» qui pourraient avoir besoin d'aide était d'ores et déjà établie à Bercy. «La nationalisation est évidemment un dernier recours, mais c'est quelque chose que nous n'excluons pas», a ajouté le ministre. «On ne va pas laisser des fleurons français, sur lesquels on a investi des milliards d'euros, partir en fumée à cause d'une crise économique» sans précédent, a-t-il promis.

À voir aussi - «Le chiffre de croissance sera bien inférieur à ce qui a été évalué » selon Bruno Le Maire

«Le chiffre de croissance sera bien inférieur à ce qui a été évalué» selon Bruno Le Maire
Le ministre de l'Économie et des Finances a notamment estimé que «la crise à laquelle nous sommes confrontés n'est comparable qu'à la Grande Dépression de 1929» avant de détailler les réponses apportées pour y faire face.
 
Current Time 0:02
Duration 1:02
Loaded99.87%
 
 

Vers une simplification de la prime de 1000 euros

En outre, Bruno Le Maire a annoncé que la prime de 1000 euros que peuvent verser les entreprises pour récompenser leurs salariés présents physiquement sur leur lieu de travail allait être simplifiée pour les entreprises de moins de 250 salariés. C'est un «acte de courage d’aller travailler, et il mérite d’être salué, reconnu et récompensé», a noté le ministre. L'exécutif va donc suspendre l'obligation pour l'entreprise d'avoir un accord d'intéressement afin de pouvoir verser cette prime totalement défiscalisée et désocialisée. Un changement qui vise à «faciliter la vie des entrepreneurs», afin qu'ils puissent «remercier leurs salariés».

 

Le ministre a aussi demandé aux entreprises, en particulier les plus grandes, de «faire preuve de la plus grande modération sur le versement des dividendes» cette année : l'argent gagné doit servir à «faire tourner les entreprises», pas à rémunérer les actionnaires durant la crise, a-t-il déclaré. En outre, il a appelé les groupes à respecter les délais de paiement à leurs fournisseurs, rappelant qu'un non-respect de ces obligations empêcherait l'entreprise d'avoir accès à la garantie de l'État sur les prêts bancaires. «On a besoin de solidarité», qu'il s'agisse des entreprises vis-à-vis de leurs fournisseurs, de leurs sous-traitants, des PME, a-t-il dit. Hier, Bercy a annoncé la mise en place d'un comité de crise sur la question du crédit interentreprises face à la dégradation des délais de paiement.

 
Bercy ne se soucie pour l'instant que modérément de la facture finale de la crise : le respect de la règle européenne des 3% de déficit est «encore plus un débat d'un autre âge», dans le contexte actuel, a balayé le ministre. «L'addition n'est pas le sujet», a lancé Bruno Le Maire, qui souhaite mettre l'accent sur les aides aux usines, entreprises, commerces, artisans et indépendants pour préserver l'économie française. «Quand on livre une guerre, il faut livrer une seule bataille», a-t-il observé. Pour l'heure, la priorité est avant tout de permettre à l'activité de repartir sur de bonnes bases, une fois l'épidémie vaincue.