Comment LVMH organise un pont aérien pour livrer 40 millions de masques à la France

Comment LVMH organise un pont aérien pour livrer 40 millions de masques à la France

le 23/03/2020

Le groupe de luxe LVMH dirigé par Bernard Arnault annonce la mise en place d'un dispositif d'importations de 40 millions de masques destinés à protéger les personnels de santé dans la lutte contre le Covid-19. L'opération, qui débutera mercredi, est l'œuvre d'une petite équipe animée par Claude Martinez, le patron de la branche parfums du groupe. Il se confie en exclusivité pour le JDD.

A partir de mercredi, deux avions chargés de masques de protection en provenance de Shanghaï se poseront chaque jour à Roissy. Ce pont aérien avec la Chine a été imaginé et organisé en urgence à la fin de la semaine passée par le groupe LVMH. Objectif : remédier au manque tragique de protections dont souffre le système sanitaire français pour affronter la pandémie du Covid-19. En sept jours, 10 millions de masques (7 millions de masques chirurgicaux et 3 millions de masques FFP2) seront ainsi livrés aux autorités Françaises. Le contrat avec le fournisseur chinois identifié par les équipes d'acheteurs du groupe Français est signé pour 4 semaines. Au total, 40 millions de masques viendront ainsi étoffer les stocks des professionnels de la santé qui fondent comme neige au soleil avec la progression du virus dans le pays.

 

LVMH n'est pas la seule entreprise privée à livrer des masques. BNP Paribas (1,5 million d'unités en deux fois) Bouygues (1 million) ou le groupe Chargeurs (1 million par semaine) ont, par exemple, également décidé d'apporter leur contribution à l'effort de guerre. Mais l'initiative du géant du luxe est, de loin, la plus spectaculaire. Il a décidé de financer l'intégralité des masques livrés la première semaine ce qui représente un investissement de 5 millions d'euros. L'Etat prendra le relais pour les 3 semaines suivantes.

Des "difficultés colossales"

C'est une petite cellule qui pilote cette opération coup de poing conçue en moins de 48 heures depuis le siège de LVMH, avenue Montaigne à Paris. Elle est composée de Claude Martinez, le patron de la branche parfums, Marc Antoine Jamet secrétaire général du groupe et Jean-Charles Tréhan, directeur de la communication. Ensemble, ils ont multiplié les démarches jour et nuit pour aller au plus vite.

La Chine nous aide énormément en nous proposant ses capacités industrielles

"L'entreprise réalisant 90% de son activité à l'étranger, nous disposons d'une structure opérationnelle très efficace en Asie, explique Claude Martinez ; la Chine étant passée par cette crise un peu avant nous, notre équipe était au courant des disponibilités industrielles du pays. Lorsque j'ai vu que les masques manquaient vendredi, j'ai sollicité nos acheteurs là-bas. Ces limiers se sont mis en chasse." 

 

Il fallait faire vite. "Ce n'est pas une guerre mais il y a une course entre les différents gouvernements pour trouver des masques, poursuit le dirigeant ; on manque partout de masques. Il a fallu se prononcer très rapidement, ce que le groupe a fait pour amorcer la pompe." Restait à trouver les moyens de faire venir ces masques dans un monde à l'arrêt. "Les difficultés ont été colossales, il n'y a plus d'avions, plus de fret. Le groupe Bolloré nous aidé en nous offrant des avions à prix coûtant. Le gouvernement nous a permis de faire un dédouanement rapide et sans frais à Roissy. Une chaine de solidarité se met en place pour importer ces masques. Mais il faut également souligner que la Chine nous aide énormément en nous proposant ses capacités industrielles."

Des approvisionnements vers d'autres pays européens à l'étude

A qui ces masques seront-ils livrés? Claude Martinez avoue ne pas encore le savoir. Mais Bernard Arnault est entré en contact direct avec Olivier Véran, le ministre de la santé qui a d'ailleurs remercié LVMH dans sa conférence de presse samedi. "Ce sera d'abord au service de l'Etat et de ses hôpitaux. Mais j'ai bon espoir que les quantités permettront ensuite de servir le plus grand nombre. C'est une industrie et une machinerie assez simple. Dès que vous avez la matière première, cela peut aller assez vite."

Dès que vous avez la matière première, cela peut aller assez vite

Deux avions chargés de palettes arriveront donc chaque jour à Paris partir de mercredi. Et le groupe songe désormais à mettre en place des approvisionnements identiques vers les pays européens voisins comme la Belgique, l'Espagne ou l'Italie.

LVMH agit sur tous les fronts. Le groupe accélère dans le même temps la production de gel hydro-alcoolique entamée il y a sept jours dans ses trois usines de fabrication de parfums qui avaient été mises à l'arrêt pour une période de deux semaines. Des salariés volontaires y ont produit 12 tonnes de gel la semaine passée. Un chiffre qui devrait monter rapidement à 50 puis à 80 tonnes. Le groupe réfléchit maintenant à d'autres actions solidaires toujours dans le secteur de la santé. La combat anti Covid-19 ne fait que commencer.